Vous êtes ici : Accueil Actus & événements Actualités Programmes CGLU Afrique Les Panafricaines 2017 : Les journalistes africaines se mettent en réseau

Actualités

Vous pouvez consulter les actualités classées par catégories


20 Mar 2017
Les Panafricaines 2017 : Les journalistes africaines se mettent en réseau

Les Panafricaines 2017 : Les journalistes africaines se mettent en réseau

Le premier forum des femmes journalistes d’Afrique dénommé les «Panafricaines», tenu le 8 mars 2017 à Marrakech s’est soldé par la création du Réseau des Femmes Journalistes d’Afrique. Le maire de Marrakech, M. Mohamed Larbi Belkaid, a pris part à la cérémonie de clôture de cette rencontre continentale qui a vu sa ville être une nouvelle fois, une terre des possibles. 

«Je lis vos éditos, c’est vous qui les écrivez ?» Telle est l’interrogation faite par une personnalité à l’encontre de Mme Aicha Akalay, Directrice de Publication de l’hebdomadaire marocain «Tel Quel» venu l’interviewé. 

Ce type de remarques, plein de sous-entendus sur la capacité de production d’un travail de qualité par les femmes journalistes est une réalité vécue par plusieurs journalistes africaines.  Les 120 dames de la presse réunies le 8 mars 2017, au Movenpick hôtel de Marrakech pour le 1 er forum des femmes journalistes en Afrique, se sont facilement reconnus dans l’intervention de Mme Aicha Akalay qui partageait son expérience de femme à la tête d’un support média. 

Venues de 24 pays d’Afrique francophone, elles ont tenue à célébrer la journée internationale des droits des femmes en faisant bouger les lignes dans leur domaine.  Initié par la Radio2M avec à sa tête le comité parité et diversité du groupe 2M, ce forum se veut «une brise de changement», indique Khadija Boujanoui, présidente du comité parité de 2M. 

Photo-Les panafricaines1

Un changement qui passe par le partage d’expériences. La faible représentativité des femmes dans les contenus média est une réalité vécue aussi bien au Maroc qu’au Niger. « Les médias ne sollicitent pas beaucoup les expertises féminines», ajoute Mme Amina Niandou, responsable de la cellule communication de l’Assemblée Nationale du Niger et présidente de l’Association des professionnelles africaines de la communication section du Niger (APAC). 

En Guinée Conakry, les femmes des médias n’échappent pas aux clichés de « femmes aux mœurs légères. Ceci dû au fait qu’elles doivent rentrer du boulot à des heures tardives», explique Afiwa Mata Ahoudjogbé, présidente de l’association des femmes journalistes de Guinée. 

Le renforcement des synergies au sein des médias africains passe par « la formation, l’échange et la mise en commun », selon Samira Sitail, Directrice Générale adjointe de l’information, des magazines et du sport de 2M. « Nous nous apprécions mais nous ne nous connaissons pas. Mettons nous en réseau.  Se mettre en réseau, c’est aussi travailler sur les grandes thématiques. Je m’engage à recevoir des consœurs des pays frères du continent, de les prendre en charge et de les mettre en immersion dans des rédactions au Maroc», confie-t-elle. 

Un appel à la mise en réseau qui sera accueilli favorablement par les participantes. En effet, au terme des 8 workshops sur les différentes thématiques liées aux défis et réalités des femmes journalistes, l’une des principales résolutions de la Charte des Panafricaines est la constitution en réseau des femmes journalistes d’Afrique et la pérennisation de l’organisation du forum. 

La charte des panafricaines a été signée par la centaine de participante et recommande également la création d’une charte de parité et lutte contre la discrimination dans les différents organes de presse.   

Au cours de ce rendez-vous, il a également été procédé au lancement du site «africanwomenexperts.com», dont le but est de créer le dialogue entre les femmes expertes dans différents domaines sur le continent. La version marocaine du site a été lancée en 2016 et est disponible ici : http://expertes.ma/ 

Ce sont des femmes passionnées, épanouies, pleine de vie, déterminées à poursuivre le combat pour la méritocratie dans leur espace de travail qui ont quitté Marrakech.  Pour l’édition 2018, le Maroc se dit prêt à organiser à nouveau.

Bonus : 

Maitresse de cérémonie du forum, Fathia Elaouni, rédactrice en chef de radio 2M  a tenu à faire un clin d’œil à la gent masculine avec une courte vidéos sur la Journée mondiale de l’homme marocain. Une parodie qui inverse les rôles et adresse aux hommes et jeunes hommes, les discours sans cesse rabâcher aux femmes et jeunes filles . 

Regarder la vidéo ici